Octobre 2010

Promotion en ligne et industries créatives : quels outils pour la musique ?

La première édition de l’Atelier français s’est tenue jeudi 21 octobre 2010 à l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI), à Paris. Une centaine de personnes, la plupart issues du monde de la musique (labels, producteurs, managers, artistes…), étaient réunies pour assister à la présentation de nouveaux outils de promotion en ligne. Pendant deux heures, un public attentif a écouté cinq professionnels exposer leur stratégie et leur vision du webmarketing appliquées à l’industrie musicale.

Premier constat : la marque ne détient plus le rapport de force. L’internaute n’est plus un simple consommateur en ligne, il est devenu un influenceur auprès de sa communauté. De nouveaux business models émergent dont le plus percutant est le « direct to fan » qui permet à un label ou à un artiste de se reposer sur sa fan base pour se rendre visible et monétiser ses actions.

Plusieurs supports sont désormais accessibles pour construire une stratégie direct to fan : plateformes d’agrégateurs ou d’e-commerce, webradios, hébergeurs de vidéos, plateformes de streaming, réseaux sociaux, sites d’hébergement des pages artistes, sites d’analyses de données, plateformes de ventes en direct…

Deuxième constat : la meilleure sortie de crise c’est l’innovation. Ce principe a amené de jeunes sociétés à développer des outils technologiques performants. Noomiz s’appuie sur le data mining (collecte des données) disponibles sur les réseaux sociaux pour analyser la qualité de l’audience on-line. Playlive travaille sur l’activation des communautés de fans pour les transformer en porte-paroles de l’artiste grâce à un widget, l’eCover, une sorte de minisite vivant qui se partage sur les réseaux. MXP4 a développé une technologie de remix grand public qui permet de monétiser la musique autour du divertissement et du social gaming, un secteur en pleine expansion aux États-Unis.

Enfin, ces outils ne sont performants que dans le cadre d’une stratégie maîtrisée, avec un contenu fort, une connaissance de son public cible et de son marché. Car si Internet est un média qui créé de la visibilité, il ne remplace pas le travail de terrain et la promotion offline.

Vodpod videos no longer available.

Octobre 2010, posted with vodpod

 

Intervenants

– Virginie Berger, fondatrice de Don’t Believe The Hype, stratégiste, manager et auteur d’un livre à paraître sur les stratégies digitales musicales à l’Irma.

Antoine El Iman, co-fondateur de la société Noomiz.

Franz Tournadour, co-fondateur de la société Playlive.

Jeff Marois, vice président Business Development de la société MXP4.

Magali Clapier, responsable numérique au Bureau Export de la Musique Française.

Les discussions ont été animées par Alban Martin, co-fondateur du Social Media Club.

Retrouvez toutes les photos de l’événement ici.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.