Quelques points de repères à propos du livre numérique…

Les ventes de livres numériques aux Etats-Unis connaissent depuis 2009 une augmentation spectaculaire. En France, ce marché est encore balbutiant, mais plusieurs faits permettent de s’attendre à une accélération dès 2011

– le lancement cet automne de plusieurs terminaux de lecture connectés, dont celui de la Fnac doté d’une connexion 3G prépayée

– l’arrivée à la suite de l’Ipad de différents modèles de tablettes multi-usages

– l’augmentation du nombre de titres disponibles en version numérique

– la multiplication des canaux de vente : nouveau site Fnac.com, site 1001libraires.com, nombreux sites de libraires indépendants.

Une étude de Bain & Company[1], menée auprès de 3000 lecteurs dans six pays, annonce une migration de 15% du marché d’ici 2015 en France (20 à 25% aux USA ou en Corée).

Le « Moment eBook » désigne la période de transition que connaît le monde de l’édition en ce moment : un changement qui interroge, certes, la notion même de livre, mais qui consiste, dans un premier temps, à proposer aux lecteurs des versions numériques des titres qui n’étaient auparavant disponibles à la lecture que sous forme de livres imprimés.

Pourquoi parler de « moment eBook »?

– Le « e » de eBook est le « e » de « electronique » : littéralement, on traduirait donc eBook par livre électronique. On parle plus couramment de livres numériques.

-Parler de « moment eBook », c’est convenir que les livres numériques qui sont aujourd’hui au centre de l’attention, et qui sont généralement des versions numériques de livres qui existent par ailleurs sous forme imprimée, correspondent à une première étape dans les mutations qui attendent le secteur de l’édition. Les objets qui occupent aujourd’hui le devant de la scène sont plus des « livres numérisés » que des livres numériques tirant pleinement parti des fonctionnalités de l’informatique et du web,  susceptibles d’inaugurer des usages radicalement en rupture avec ceux en vigueur dans le monde de l’imprimé.

Cela n’empêche pas, parallèlement à ces changements à grande échelle, l’apparition d’objets numériques spécifiques issus du monde du livre ou de nouveaux acteurs : des livres nativement numériques, des applications mobiles, des livres enrichis.

Quelques éléments de contexte

– Le livre numérique est plus lourdement taxé que le livre imprimé  – TVA sur les livres imprimés : 5,5% / TVA sur les livres numériques : 19,6%. Un changement de TVA sur le prix des livres numériques implique l’accord unanime des états de l’Union Européenne, et ne peut être décidé par un état seul.

– Une loi régit en France le commerce des livres, la loi Lang : Selon cette loi, leur prix est fixé par l’éditeur, et un livre est disponible au même prix chez tous les revendeurs, avec des rabais qui ne peuvent dépasser 5% de leur prix.

– Les livres numériques ne sont pas concernés par la loi Lang.

– Une loi sur le prix unique du livre numérique vient d’être votée au Sénat, et devrait être discutée par les députés début 2011 : selon cette loi, le prix d’un livre numérique sera fixé par son éditeur, et ce livre sera proposé au même prix partout, quel que soit le revendeur.

– Le catalogue  des titres disponibles en version numérique représente à peine 10 % de l’ensemble des titres disponibles à la vente sous forme imprimée, soit entre 60 000 et 70 000 titres, mais sa taille augmente constamment.

– Le CNL (Centre National du Livre) apporte son soutien aux éditeurs qui souhaitent numériser leurs fonds : entre 50 et 66% des frais de numérisation peuvent être pris en charge.

Terminologie

– Les terminaux de lecture sont variés : ordinateur fixe ou portable, liseuse (terminal dédié à la lecture doté d’une  technologie d’écran à encre électronique), tablette (terminal multi-usages), mais aussi smartphone, console de jeux.

– Les formats

Un livre numérique est constitué d’un ou plusieurs fichiers numériques. Il est caractérisé par son format (le format désigne la manière particulière dont les données sont agencées dans le fichier). Quelques exemples de formats : ePub, PDF

– les readers, des applications qui permettent de lire les livres numériques

Pour lire un livre numérique, un logiciel de lecture (communément appelé « reader ») est nécessaire. Noter qu’il faut considérer les navigateurs web comme des readers, susceptibles eux aussi d’afficher des livres numériques.

Certains formats sont dits propriétaires (leurs spécifications sont contrôlées par une entité privée, et il est impossible de créer librement des logiciels qui puissent les lire. Les livres numériques encodés dans un format propriétaire ne sont lisibles que par les readers développés par l’entité qui contrôle le format.

D’autres formats sont dits ouverts, leurs spécifications techniques sont publiques. C’est le cas du format ePub, largement adopté par les éditeurs.

– L’interopérabilité est la capacité que possède un produit ou un système, dont les interfaces sont intégralement connues, à fonctionner avec d’autres produits ou systèmes existants ou futurs et ce sans restriction d’accès ou de mise en œuvre.

Dans le domaine qui nous occupe, la conséquence de l’interopérabilité est la possibilité pour l’acquéreur d’un livre numérique de le lire indifféremment sur différents terminaux et via différents logiciels de lecture.

– Le sigle DRM signifie « Digital Rigths Management / Gestion des droits numériques ». Il est aujourd’hui utilisé pour désigner ce que l’on devrait nommer plutôt des « mesures techniques de protection », soit les systèmes de cryptage dont font l’objet les fichiers pour empêcher que ceux-ci soient librement reproduits. Le système le plus largement adopté est le système ACS4 d’Adobe. Certains éditeurs n’utilisent pas de DRM, ou choisissent d’utiliser des DRM sociales (en inscrivant des informations concernant l’acheteur dans le fichier, afin de le désanonymiser, mais sans cryptage).

– l’adoption du format ouvert ePub n’est pas en soi un gage d’interopérabilité : si le livre numérique est protégé par un système de DRM, il ne pourra être lu que par des logiciels supportant le même système.

– Les métadonnées sont les informations qui décrivent l’ensemble des caractéristiques des livres: titre, auteur, date de publication, thème, mais également résumés, extraits, images de couverture, vidéos de présentation et quantité d’indications sur le contenu d’un livre.  Les métadonnées sont adressées aux revendeurs et aux bibliothécaires pour qu’une offre de livres puisse être présentée en ligne, afin que l’utilisateur puisse faire son choix parmi les livres. Lorsqu’elles sont exprimées dans un format respectant le standard ONIX, les métadonnées sont à même d’être intégrées de manière automatique, et circulent mieux sur le réseau.

Plus d’informations en ligne :

Consultez une liste de références bibliographiques et de liens vers les sites et blogs qui abordent les questions liées aux livres numériques ici :

http://www.archicampus.net/wordpress/

http://lafeuille.blog.lemonde.fr/

Publicités
Cet article a été publié dans Dossiers thématiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.